Cliquez sur la photo ci-dessus pour l'agrandir

DOCUMENTS

  • Aucun document disponible

L’avenir de l’Institut de technologie agroalimentaire, campus La Pocatière (ITA)

2016-02-19

Forte de la présence de trois Centres collégiaux de transfert technologique (Solutions Novika, Optech et Biopterre), d’un Centre de développement bioalimentaire (CDBQ), d’un Centre d’expertise en production ovine du Québec (CEPOQ) et d’une Ferme-École Lapokita, La Pocatière est reconnue comme étant un haut lieu de production et de diffusion de connaissances pratiques en appui à l’essor des entreprises locales et d’ailleurs. C’est pourquoi depuis 2014, de nombreux acteurs du milieu sont préoccupés par l’avenir de l’ITA et qu’un mémoire a été élaboré.

Parmi les partenaires présents à la rencontre du 12 février dernier, mentionnons le Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ), Biopterre et le Cégep de La Pocatière. Tous sont d’avis que le temps joue contre nous, qu’il faut agir rapidement dans ce dossier et qu’une rencontre avec le ministre Paradis est inévitable. Nous désirons, de cette manière, nous assurer que les intérêts et les enjeux locaux seront pris en considération lors de l’élaboration des mesures retenues pour concrétiser les recommandations du mémoire[i]. Nous insistons particulièrement sur les enjeux économiques en cause et rappelons que de nombreux projets innovants ont été réalisés par les centres de transfert technologique en lien avec l’ITA.  C’est d’ailleurs en millions de dollars que se comptent les investissements en recherche dans le secteur bioalimentaire. La disponibilité de ces sommes requiert, non seulement la collaboration de l’institution d’enseignement, mais également un réel engagement à soutenir la recherche et l’innovation à moyen et long terme. La Pocatière, le Kamouraska et le Québec ne peuvent accepter l’actuel désengagement de cette institution et la tiédeur dont fait preuve l’actuel gouvernement à l’égard du rôle capital qu’elle peut et doit jouer afin que nous puissions relever les défis que nous réserve l’avenir.  

En accord avec cette volonté du milieu pocatois, M. Morin a déclaré, « je m’engage à trouver, en collaboration avec vous, le meilleur modèle garantissant la pérennité de l’enseignement supérieur à La Pocatière ».

D’ici la tenue de la rencontre avec le ministre Pierre Paradis, les intervenants, tant politiques qu’économiques, se sont dits prêts à collaborer et à s’impliquer activement dans toutes les démarches favorisant l’avancement de ce dossier. Une visite des centres de recherche et organisations collaborant avec l’ITA a déjà été planifiée.  Ainsi, le ministre pourra constater tout le potentiel de développement et d’innovation sur lequel le gouvernement du Québec et ses composantes peuvent compter!



[i] Recommandations du mémoire déposé en mars 2015.

 Recommandation no 1.

Que le MAPAQ donne suite au rapport de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois visant à modifier le statut de l’ITA (Rapport Pronovost); 

Recommandation no 2

Que le MAPAQ, le MESRS et les établissements concernés se concertent afin d’élaborer un modèle de regroupement entre l’ITA, campus La Pocatière et le Cégep de La Pocatière qui maintienne l’identification et la spécificité propre des deux maisons d’enseignement; 

Recommandation no 3.

Que le nouveau modèle de regroupement proposé soit présenté aux instances concernées afin d’obtenir leur aval, de sorte que ce nouveau modèle soit mis en œuvre pour la rentrée scolaire 2015-2016.